Agir pour Dijon
Tribune Dijon mag novembre 2018

 

Le projet de Cité de la gastronomie mérite un débat de fond plutôt que des attaques personnelles. Le groupe Agir pour Dijon a toujours fait part de ses réserves sur le contenu du projet, traité d’emblée comme une opération immobilière plutôt que comme un projet touristique, patrimonial et culturel véritablement porteur pour Dijon. Sur le plan architectural, la multiplication des constructions tout autour des bâtiments historiques classés (forêt d’immeubles privés ou HLM, supermarché, parking silo, complexe cinématographique) ne contribue pas à valoriser un potentiel remarquable. Le positionnement culturel et touristique n’étant pas clair, le projet ne fera sans doute pas venir de touristes supplémentaires à Dijon, mais pourrait néanmoins concurrencer le centre-ville et les halles centrales par un détournement des flux délibérément organisé. Chacun est libre de ses opinions dans le débat démocratique et nous ne contestons pas à la majorité municipale son pouvoir d’imposer son point de vue. Mais nous avons également contesté la méthode. Les conditions inéquitables d’attribution de l’ensemble de l’opération à un grand groupe du bâtiment et des travaux publics (BTP) tout d’abord, mais aussi le manque de transparence sur le coût pour le contribuable. Trois dispositions nous sont apparues particulièrement inacceptables dans la délibération de janvier 2016 : le renoncement à tout contrôle de la ville sur le devenir du pôle culturel, l’absence de contrat de droit public qui prive les entreprises locales d’un accès transparent aux marchés, une réduction infondée du prix d’achat payé au CHU de Dijon à concurrence de 7 M€ au titre des voiries. Un recours n’est pas une fin en soi, mais nous ne pourrions retirer le nôtre que si une réponse réaliste était apportée sur ces différents points. Cela suppose concrètement de reprendre le contrôle foncier du pôle culturel, d’organiser une transparence sur l’accès des entreprises locales aux marchés, et de conserver l’objectif de dédommager le CHU de Dijon.

Publicités