A quinze jours de la date, le maire de Dijon et président de Dijon métropole est intervenu personnellement pour mettre son véto à l’organisation de la fête de l’agriculture prévue aux portes du centre-ville, place Darcy et jardin Darcy.

Chacun se souvient pourtant du succès rencontré par la « ferme de JAnne » en juin 2015, aux Allées du Parc, avec une fréquentation entre 30 000 et 40 000 visiteurs.

Cette décision brutale et tardive est préoccupante, sur la forme comme sur le fond.

En effet des discussions très poussées ont eu lieu depuis le mois de mars avec les Jeunes Agriculteurs pour organiser la manifestation précisément sur ce site, en tenant compte de ses contraintes. Pourquoi un refus à une date aussi tardive, quand tout semblait réglé dans les moindres détails ? De nombreux partenaires de premier plan étaient déjà mobilisés. Ce dysfonctionnement, qu’il serait trop facile d’imputer aux services, mériterait quelques explications, car il est préoccupant pour la conduite des affaires de notre cité.

Sur le fond, quelle erreur pour Dijon, dont la filière agroalimentaire et la gastronomie sont les premiers atouts économiques, de tourner le dos avec autant de mépris et de désinvolture à son agriculture departementale.

Faut-il comprendre que « l’autosuffisance alimentaire » invoquée par le maire s’arrête en fait aux frontières administratives de la métropole ? En tournant le dos aux productions maraîchères du Val de Saône, aux élevages charolais ou aux céréales qui font la fierté de notre département ?

Nous ne pouvons partager ce manque de respect ni cette vision étriquée de la solidarité territoriale, du développement de la filière agro-alimentaire à Dijon et des voies à suivre pour assurer la qualité de notre alimentation, notamment dans les cantines.

Dans l’immédiat c’est un beau projet d’animation du centre-ville de Dijon qui passe à la trappe. Quel regrettable fiasco !

Publicités