La municipalité vient d’annoncer brutalement la fermeture de l’école maternelle Hauts de Montchapet dès la rentrée 2018. Nous sommes totalement opposés à cette décision et à une politique scolaire qui sacrifie depuis des années l’intérêt des enfants et des familles à des opérations immobilières.

Cette école est installée depuis maintenant plus de 30 ans au cœur de son quartier, qui continue à se développer. Sa création répondait à un souci de proximité et de structure à taille humaine, convenant parfaitement aux jeunes enfants. Les bâtiments contemporains sont parfaitement adaptés à leur mission. Le cadre de vie est agréable, avec le calme et la végétation environnants, sans aucun problème de sécurité routière ou de stationnement. De plus, l’école jouxte une crèche-garderie, qui permet l’accueil des enfants en bas âge.

Contrairement à ce qu’affirme la municipalité, l’effectif a augmenté ces dernières années, passant de 65 à 81 enfants.

Supprimer une école offrant une telle qualité pour les enfants nous paraît tout simplement aberrant.

Au contraire, le regroupement sur l’école Montchapet va poser un problème de surnombre, préjudiciable aux enfants déjà présents. Il manque en l’état une salle de classe pour accueillir les nouveaux arrivants. Il est à craindre que l’âge d’admission en maternelle soit relevé par rapport aux possibilités actuelles. La surcharge se constatera également pour la restauration scolaire ou pour l’entrée et la sortie de l’école, avec les problèmes de stationnement et de circulation.

Ce projet, fortement contesté, s’inscrit dans une politique de réduction du périmètre foncier des écoles, au détriment des espaces verts ou des aménagements des entrées et sorties : écoles Montmuzard, Colombière, Turgot/Tivoli (fusion), Baudelaire (fermeture), Varennes/Alain Millot (désaffectation récente d’une parcelle). Nous demandons au maire d’y renoncer, comme nous soutenons le projet proposé par des riverains et parents d’élèves pour la parcelle rue Maupassant.

Publicités