Communiqué de presse – Lundi 7 novembre 2016

Le groupe municipal d’opposition Agir pour Dijon tient à témoigner sa solidarité aux policiers et aux pompiers qui ont été agressés lors d’un guet-apens vendredi soir dans le quartier des Grésilles.

L’organisation du piège et l’utilisation de cocktails Molotov marquent une escalade préoccupante dans la violence urbaine et ces actes doivent être sanctionnés avec la plus grande fermeté.

Nous apportons tout notre soutien aux forces de sécurité qui interviennent dans des conditions de plus en plus difficiles : police, gendarmerie, pompiers. Nous tenons à y associer le personnel pénitentiaire, mis à rude épreuve comme ce fut le cas lors de la prise d’otage à la prison de Dijon quelques heures avant dans la même soirée.

– des mesures fortes sont nécessaires au niveau national, pour un réarmement sécuritaire de notre pays, mais aussi patriotique.

– des mesures sont également nécessaires au niveau local, avec une mutation complète de la police municipale et une plus grande fermeté à l’encontre de la délinquance. Les politiques de prévention de la municipalité et du Grand Dijon sont malheureusement coûteuses et inefficaces, tout comme le dispositif des médiateurs. La culture de l’excuse et de la paix sociale nous conduit à l’échec.

Les quartiers des Grésilles et de la Fontaine d’Ouche sont très difficiles, avec des faits de délinquance réguliers et de toutes sortes. Ils sont menacés de basculer en zones de non-droit, comme en témoigne l’attaque de vendredi soir. Le quartier Junot-Drapeau est devenu difficile en quelques années. Les quartiers Stalingrad, Mansart et Greuze sont problématiques.

Les premières victimes sont les populations qui vivent dans ces quartiers. Elles n’ont souvent d’autre choix que de subir le diktat des bandes, des dealers, des extrémistes. Certains de nos concitoyens vivent un enfer au quotidien. Pensons à eux. Nous devons les entendre et apporter des réponses !

Groupe municipal d’opposition Agir pour Dijon

 

Publicités