A la suite des tous derniers actes de délinquance à Dijon, qui ont touché notamment des élus, le maire de Dijon vient d’annoncer un renforcement des moyens de la police municipale. 

Les mesures annoncées marquent un progrès mais restent malheureusement insuffisantes. 

Agir pour Dijon défend, depuis 2013, un format de police municipale entre 100 et 120 agents, équipés d’armes à feu et susceptibles d’intervenir jour et nuit, en particulier en fin de semaine.

  • L’augmentation des effectifs de 75 agents inscrits au budget à 80 ne permettra pas d’étendre suffisamment les missions de la municipale ;
  • L’équipement avec des pistolets à impulsion électrique (« taser ») ne dispense pas de doter également les agents d’armes à feu, plus dissuasives et plus protectrices ;
  • La police municipale doit pouvoir intervenir toute la nuit, en particulier en fin de semaine. C’est notamment vers 2 heures et 5 heures du matin que les débordements se multiplient et s’aggravent.

Alors que les agressions physiques à Dijon ont bondi de 36 % entre 2012 et 2015, pour toucher plus de 1 824 victimes par an, et que le vandalisme à l’égard des biens publics et privés se généralise (tags, dégradations de véhicules et d’objets extérieurs), une remise à niveau des moyens de la police municipale était nécessaire depuis plusieurs années. 

Les mesures annoncées le 23 juin par le maire de Dijon sont donc bienvenues même si elles sont tardives. Elles restent malheureusement insuffisantes au regard des enjeux pour assurer correctement la protection des personnes et des biens, en complément de la police nationale.

 Groupe Agir pour Dijon , Emmanuel BICHOT, président, Chantal OUTHIER, Bernard BONORON

Publicités