Interventions du groupe d’opposition Agir pour Dijon
au Conseil municipal du 21 mars 2016

 

Rapport 1 – Budget primitif pour 2016 – Intervention d’Emmanuel Bichot, Président

Monsieur le Maire,

Tout d’abord une observation de calendrier : vous aviez pour habitude de faire voter le budget en décembre et de consacrer le début de l’année à le présenter dans les commissions de quartier. Cette année, le budget est voté seulement en mars et aucune réunion n’est prévue avec les habitants. Ce n’est pas un progrès pour la démocratie locale !

Il est vrai que ce budget marque une rupture dans votre politique fiscale, avec une hausse massive des impôts locaux alors que vous avez déjà augmenté les taux chaque année, lentement mais sûrement. C’est contraire au discours que vous tenez depuis 2001 et que vous teniez encore tout récemment.

En réalité, vous avez fait le choix de répercuter sur les Dijonnais les efforts demandés par l’Etat – par le gouvernement auquel vous apparteniez – aux collectivités locales, plutôt que de faire des économies et de revoir vos priorités. La meilleure preuve, c’est que le produit des impôts augmente plus que la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) ne baisse. Cela est vrai pour 2016, mais également en cumulé depuis 2013.

Vous auriez pu faire des économies sur le train de vie de la municipalité, sur les dépenses sociales et culturelles et sur les grands projets dispendieux : la seconde tranche du Musée des Beaux-Arts pour laquelle les subventions ne sont pas au rendez-vous (il vous manque 7 millions d’euros) et la Cité internationale de la gastronomie dont nous découvrons au fur et à mesure le coût faramineux pour les finances publiques (près de 30 millions d’euros). Que vont penser les contribuables mis sans ménagement à contribution de l’urgence de l’opération « halle 38 » pour installer une résidence d’artistes au coût total de 2,2 M€ ?

Nous avons une autre interrogation sur la construction de ce budget, c’est le montant des « dépenses imprévues » qui passe de 152 000 € à 6,11 M€. Que cela cache-t-il ? Pourquoi une telle somme ?

Enfin, la question de la dette toxique dont la renégociation n’en finit plus est une hypothèque sur votre budget. On trouve dans les tableaux annexes de la dette une colonne intitulée « coût de sortie ». Elle n’est pas totalisée mais chacun peut faire l’addition, elle atteint 42 millions d’euros. Aucune provision n’a été inscrite au projet de budget à ce sujet.

VOTE : CONTRE

 

Rapport 2  – Les taux d’imposition – Intervention d’Emmanuel Bichot, Président

Monsieur le Maire,

Permettez-moi de vous dire que je conteste la pertinence du tableau que vous avez diffusé. Tout d’abord il concerne la totalité de la taxe d’habitation et de la taxe foncière et pas seulement la part communale dont nous parlons. Ensuite il compare des montants moyens d’impôts par contribuable, mais l’immobilier et les valeurs locatives n’ont rien à voir d’une ville à l’autre. Lyon par exemple est plus cher que Dijon, c’est la réalité. Seule la comparaison des taux est pertinente entre villes ou territoires. Dijon se classe malheureusement 7ème pour celui de la taxe d’habitation et 11ème pour celui de la taxe foncière en 2015, parmi les 41 villes de plus de 100.000 habitants.

Depuis votre élection en 2001, Dijon est la seule grande ville française à avoir augmenté les impôts locaux tous les ans, sans aucune exception. C’était votre méthode à vous, faire de la fiscalité par petite doses répétées. Vous aviez ainsi réussi à placer Dijon dans le peloton de tête des grandes villes de France pour le taux de la taxe foncière communale et de la taxe foncière communale.

Mais cela ne vous suffit plus, et cette année vous demandez soudainement une hausse de 5%. Comme si la baisse des dotations de l’Etat était une surprise. Pour les contribuables dijonnais, cela signifie que la facture de la taxe d’habitation et de la taxe foncière va croître de 6% avec la revalorisation forfaitaire des bases. Depuis votre réélection en mars 2014, les taux ont augmenté de 6,5% et la facture s’est alourdie de près de 10%. Depuis votre arrivée en mars 2001, le taux ont augmenté de 26% et la facture totale avec la revalorisation des bases de près de 60%.

Laissez-moi illustrer ce qui cela représente pour un contribuable moyen, qui paye pour la seul part communale (qui est la principale) 598 euros de taxe d’habitation et 662 euros de taxe foncière. Ce sont les données du Forum pour la gestion des villes que vous avez diffusées à tous les conseillers. Cela représente 75€ supplémentaires en 2016 et environ 125€ depuis mars 2014.

Les contribuables dijonnais seront donc frappés durement. Je pense aux retraités dont les pensions sont gelées et qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, contraints parfois de quitter leur logement. Je pense aussi à l’investissement dans l’immobilier qui va se trouver un peu plus pénalisé encore sur Dijon. Je pense aux entreprises petites ou grandes écrasées par les charges. Essayer une seconde de vous mettre à leur place plutôt que de regarder vos propres contraintes. Ecoutez leur mécontentement légitime, Monsieur le Maire ! Plus d’un millier ont signé en quelques jours notre pétition pour vous appeler à renoncer à votre projet.

Prenez conscience que votre politique est injuste socialement et néfaste pour l’emploi !

VOTE : CONTRE

Signez la pétition contre la hausse des impôts locaux à Dijon !  Oui, je signe tout de suite  la pétition!

Rapport 10  – Foyer Viardot  – Intervention de Chantal OUTHIER

Monsieur le Maire,

Nous ne comprenons pas pourquoi la ville vendrait 500 000 € à Dijon Habitat un bien immobilier estimé par les Domaines à 1 542 240 €. Cela représente un manque à gagner de plus d’un million d’euros !

De plus nous nous interrogeons sur la pertinence de maintenir sur ce site un foyer social, alors que le quartier s’est fortement densifié en population résidentielle depuis une dizaine d’année et que la cohabitation des populations est problématique, comme avec le foyer Carnot tout proche.

Enfin, nous nous interrogeons sur la destination de ce foyer, désormais confié à ADOMA, dans le contexte de la crise migratoire actuelle.

VOTE : CONTRE

Rapport 11 – Contrat de ville

Monsieur le Maire,

Nous sommes typiquement sur un exemple d’économies possibles. Ces dépenses dites de cohésion sociale, pour près de 600 000 euros en 2016, relèvent du saupoudrage : Projet de développement culturel durable (Zutique) 76 000 €, Jours de Fête à la Fontaine d’Ouche 103 200 €, Les Nuits d’Orient 84 600 €, Grésilles en fête 107 700 €… S’agissant des fêtes de quartier, on pourrait les organiser pour nettement moins cher. Nous voterons compte si vous ne réduisez pas la voilure !

VOTE : CONTRE

Rapport 13 – Fontaine d’Ouche Compte prévisionnel rénovation urbaine

L’opération de rénovation du centre commercial de la Fontaine d’Ouche est sans doute nécessaire mais elle coûte cher au contribuable, avec une charge nette de 15 M€ !

Autant d’argent au cœur de ce quartier sera malheureusement investi en pur perte si on ne s’attaque pas plus sérieusement à la question de la délinquance.

Aujourd’hui la sécurité n’est plus assurée. Depuis plusieurs semaines, les pharmacies ne sont plus livrées le soir car les fournisseurs considèrent que c’est trop dangereux après 18 h. Seule la livraison en matinée est maintenue.

La délinquance se manifeste quotidiennement : rodéo, batailles d’extincteurs, trafics. Elle implique souvent des mineurs. Les espaces communs des copropriétés sont prises pour cible et les habitants intimidés.

L’installation de quelques caméras de surveillance ne suffit pas si personne n’intervient derrière, et nous doutons de l’efficacité de vos médiateurs. Il faut de la réactivité et des sanctions. Il faut vous impliquer personnellement avec vos adjoints. Ecouter nos propositions, notamment celle s’instaurer un conseil des familles.

VOTE : ABSTENTION

Rapport 18 – Convention association Les CEMEA

Monsieur le Maire,

Nous doutons de l’efficacité de cette intervention, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, ainsi que de la neutralité politique de cette asscociation.

Nous souhaitons à cette occasion vous demander un bilan complet de l’application de la réforme des rythmes scolaires pour la ville de Dijon.

VOTE : CONTRE

Rapport 29 – Musée des Beaux-Arts

Monsieur le Maire,

La seconde tranche de rénovation est un projet considérable et très onéreux, plus de 40M€.

J’observe que le plan de financement que vous aviez présenté en février 2015 est complétement obsolète. La région n’apporte que 4 M€ au lieu de 7 M€. Le Conseil départemental n’a jamais pris aucun engagement. Le Grand Dijon donnera moins que prévu. Au total il manque 7 millions d’euros dans votre plan de financement, ce qui porterait la part de la ville à plus de 16 M€.

Il faut bien avoir conscience que cet investissement, dans les cartons depuis des lustres, n’aura malheureusement pas un gros impact sur la fréquentation. La partie la plus visible a déjà été réalisée, avec les tombeaux des ducs et le parcours médiéval.

On peut même regretter que vous n’ayez pas saisi l’occasion pour une réflexion globale sur le Palais des Ducs et des Etats.

Enfin le groupe Agir pour Dijon demande que l’on revienne sur la gratuité de ce musée pour tous les visiteurs extérieurs. Beaucoup d’étrangers ne comprennent pas. La recette nette pourrait être d’au moins un millions d’euros par an.

VOTE : ABSTENTION

Rapport 30 – Attributions de subventions

Nous dénonçons le traitement inéquitable et arbitraire réservé aux associations. Certaines voient leurs subventions majorées ou maintenues quand d’autres subventions baissent et que certaines associations sont carrément mises à l’index par la mairie.

VOTE : CONTRE

AUTRES VOTES CONTRE : Rapports 6 (Cahier des charges ZAC Quai des Carrières blanche) et 8 (Ancienne crèche Varennes Cession à Dijon Habitat)

AUTRES VOTES ABSTENTION : Rapports 4 (Compte de résultat prévisionnel Ecoquartier Arsenal, 5 (Compte de résultat prévisionnel (Ecocité Jardins des Maraîchers), 14 (Compte de résultat prévisionnel ZAC Quai des Carrières blanches), 15 (Compte de résultat prévisionnel espace commercial Champollion), 22 (Programme culturel-demandes de subventions), 32 (représentant de la ville à Dijon Habitat) et 34 (attribution de NBI majorée agents municipaux Fontaine d’Ouche).

Au total, sur 36 rapports, 8 votes « contre » et 9 votes « abstention ».

Publicités