gender

Mardi 19 novembre 2013

Communiqué de presse

La municipalité va faire la promotion de la « théorie du genre » à Dijon

 

Après le « mariage pour tous » et la mise en œuvre au forceps de la réforme des rythmes scolaires, la majorité municipale a décidé de faire entrer la théorie du genre dans le paysage éducatif dijonnais, lors du conseil du 18 novembre.

A l’occasion de la journée des droits de l’enfant, la ville organise une véritable opération de promotion de la théorie du genre, à destination des professionnels et responsables d’associations œuvrant dans le domaine de l’enfance, sur le thème «Egalité éducative filles-garçons».

L’organisation de cette journée a été confiée à la Ligue de l’Enseignement-Fédération des Œuvres Laïques de la Côte d’Or (FOL 21) moyennant une rémunération de 7 000 € TTC, sans compter les frais pris en charge directement par la mairie.

La théorie du genre ou « gender », apparue aux Etats-Unis au début des années 70, affirme que l’identité sexuelle n’est pas déterminée par la nature, mais imposée par la société et la culture. Dans cet esprit, les participants pourront suivre différents ateliers, tels que « L’approche de la reproduction des stéréotypes sexués », « Des outils pédagogiques pour déconstruire les stéréotypes du genre » ou encore « Les loisirs proposés aux jeunes : comment parvenir à une mixité du genre ? ».

Les parents dijonnais peuvent légitimement s’inquiéter de la diffusion de cette théorie auprès de leurs enfants au sein même de l’école, à travers les expérimentations de l’Education nationale ou à travers les temps d’activité pédagogiques (TAP) de la réforme des rythmes scolaires ou encore dans les centres de loisirs, avec le risque d’une perte de repères et d’une déstabilisation des enfants.

Décidément les socialistes ne cessent de s’acharner sur les familles, qui sont pourtant la cellule de base de la société. Dans la perspective des prochaines élections municipales, j’en appelle à la vigilance sur la politique familiale, qui devra, je le souhaite, être au cœur des débats dans la campagne.

Emmanuel BICHOT

Vice-président du Conseil général

Secrétaire national de l’UMP

Publicités